Contacts :

Label & publishing : ALTER K

Promotion : olivier@alter-k.com
+33 (0) 6 61 39 35 20

Licensing : guillaume@alter-k.com
+33 (0) 6 19 27 43 47


Booking : LIMITROPHE PRODUCTIONS

booking.limitrophe@gmail.com

Clément Jaulin : 06 72 66 20 98


spotify

facebook

twitter

instagram


Photos : (c) Cauboyz

French 79

OLYMPIC

Debut album - Out Oct 21st 2016



FRENCH 79 dévoile son premier album de musique électronique: à la fois synthétique et organique, introspectif et libérateur.



'Olympic' est l'oeuvre du Marseillais Simon Henner, déjà connu pour ses talents de producteur (Kid Francescoli, Martin Mey...), de guitariste et chanteur (Husbands, Nasser), ses remixes hallucinants (Black Devil Disco Club, NZCA/Lines, Les Gordon, Field Music...) ou encore son travail de musique à l'image (dont le récent projet pharaonique 3 Mots pour Paris).



De l’ouverture magistrale 'Between The Buttons', jusqu'à la jouissive apothéose finale 'Pantheon Neon', French 79 réussit le tour de force de créer un album de musique électronique d'une puissance émotionnelle rare.



Toujours expérimental et mélodique, oscillant entre bombes dancefloor, plages fantasmagoriques et gospel moderne, le producteur nous embarque dans un véritable voyage sensationnel.



Flashback : Pendant ses études au conservatoire dans les années 90, Simon découvre la techno grâce à la mixtape d'un ami. Adolescent, fan des Beastie Boys, il prend le premier album de Daft Punk comme une révélation.



"Ca a été mon dernier coup de coeur musical "adolescent" après Nirvana et le Wu Tang, et c’est le dernier album que j’ai écouté en boucle comme un fou. Il fait partie des albums qui peuvent faire la transition entre différents style de musique. Les Beastie Boys m'ont appris à concilier rock et hip hop. Daft Punk, à concilier techno et pop".



Dans la foulée, il achète ses premiers synthés et boîtes à rythmes (Groovebox, Korg MS), mais continue à jouer de la guitare, du piano et de la batterie. Après une expérience hip-hop avortée, il commence par hasard une carrière de compositeur de musique à l’image via un ami réalisateur de videos de sports extrêmes tout en continuant sa quête personnelle de production de track electro et ses achats (MS10, Moog, Juno...).



"Je deviens 'gaga' de matos, je lis beaucoup de mode d'emploi de matos, je puise dans les bac à vinyls pour me plonger dans Tangerine Dream, Soft Machine, Kraftwerk... J'adore les ambiances, les sonorités, les textures. C'est très imagé, narratif... en apprenti producteur electro je commence à faire des choses dans cet esprit-là avec des rythmiques modernes mais également beaucoup de mélodies, de suites d’accords... qui renvoient directement à des expériences vécues"



A ses heures perdues, il triture ses machines, ses claviers, ses boîtes à rythmes dans le seul but de créer la musique la plus personnelle et jouissive, seulement pour lui-même. Sans le savoir, il est en train de créer son projet le plus abouti. "Ce sont des titres personnels car je les ai produits dans une démarche intuitive, sans avis extérieur. C’est finalement venu avec l’aide de mes comparses de studio qui m’ont poussé à ne pas jeter tout ça à la poubelle !"



"Surf, skate, parapente, alpinisme... en France, en Californie, au Brésil, à Bali, Tahiti... depuis tout petit mes autres passions sont le sport et les voyages. A chaque fois, je reviens avec des images en tête et des idées de mélodies, de rythmiques, d’ambiance... qui me donnent encore plus envie de composer : doute, hésitation, peur, découverte, tâtonnement, surprise, soulagement, joie, extase, contemplation, émerveillement... Quoi qu'il en soit, c'est le sentiment d’être libre, de ne rien demander à personne qui me pousse à composer
».






Quelques mots de French 79:



1/ Between The buttons: c'est la pièce-maîtresse, le premier morceau que j'ai voulu garder pour les fondations de l'album. Il a été imaginé après une session de surf d’anthologie au Brésil. C'est calme puis ça monte progressivement jusqu'à exploser. Un peu comme les vagues qu'on attend puis, d'une manière un peu surnaturelle, nous emportent avec une violence et une vitesse incroyables.
2/ Golden Times: Ce titre parle des moments où je me perds dans les rues, à l’étranger ou à Marseille. J’adore déambuler sans but précis, en rêvant. Je trouve beaucoup de lignes de chant que j’enregistre dans mon téléphone dont certaines se sont retrouvées telles quelles sur l’album. Le côté spontané a beaucoup de charme même si la prise n'est pas parfaite. J'ai toujours aime le côté sensible et féminin chez les compositeurs masculins, d'où ma voix de fausset ici.
3/ DDROPP: Je suis toujours la recherche de la boucle à écouter pendant des heures sans s’en lasser. Celle-ci est onirique et en devient hallucinatoire.
4/ Diamond Veins: Je ne connaissais pas vraiment Sarah avant de l'inviter à chanter, mais quel plaisir de travailler ensemble. Elle a fait des étincelles avec sa voix suave. C'est à la fois chaud et froid. Extravagant et retenu. Un vrai moment de magie.
5/ Olympic: J’adore lire des récits d'aventures, les biographies d’expéditions… Ce titre parle de la limite entre la folie et la maîtrise de soi. Quand on est dans une situation où on ne sais pas si on jubile, ou si on se dit qu’on est en train de faire n’importe quoi. J’ai besoin de me retrouver dans des situations inconfortables et, pour ça, la montagne est le meilleur terrain de jeux. Je l'ai composé en m’isolant totalement à Chamonix, en contemplant ces montagnes meurtrières mais source de plaisir infini.
6/ Hush Hush: La musique (faussement) répétitive m'a toujours fasciné. C’est un sacré défi de faire danser les gens. Je ne sais pas faire de morceau de club pur et dur, c'est pourquoi il y a toujours beaucoup de mélodies et de progressions chez moi.
7/ Vertigo Valley: Je l'ai composée avec en tête des images de crackheads à Los Angeles. Une scène vertigineuse, extrêmement violente malgré la normalité apparente.
8/ Invisible Moon: Mes amis les Cauboyz (qui ont fait plusieurs clips pour moi) m’ont envoyé une énorme série de photos sorties par la NASA avec toutes les images d’archives des expéditions lunaires. Ca m’a rendu fou, je les ai toutes épluchées. C’est fascinant et pour moi, il n’y rien de plus impressionnant et poétique que de voir sa propre planète en tout petit. C’est la chose la plus dingue qui ait jamais été faite. J’ai écrit ce titre en hommage aux explorateurs aux pionniers qui ont permis à l'humanité de se dépasser.
9/ After Party: je m’imagine toujours des situations dans lesquelles écouter mes titres: en voiture, à un concert, dans sa chambre seul, en club avec des amis… Il existe tellement de situations pour écouter de la musique que la fête n'est pas toujours la où on l'attend. C'est de la techno de chambre.
10/ 1979: J’ai toujours été fasciné par les rythmiques. Ce titre est un peu un condensé de ce que j’ai pu entendre toutes les fois où je suis allé au Brésil, dans les salles de concert, dans la rue, sur la plage, dans les restaurants et même dans quelques soirées assez folles que j’ai pu faire là-bas. Je me suis retrouvé dans une soirée où je savais plus si j’avais vraiment à ma place, mais je crois que je suis tombé amoureux des contradictions que l’on peut voir dans ce pays, des différentes facettes que peut prendre une rue au Brésil, la journée et le soir, c’est la transformation. C’est la manière aussi dont j’ai construit ce titre, avec deux parties complètement différentes, mais en gardant la même base mélodique. Comme un quartier de Sao Paulo qui se transforme le jour et la nuit
11/ Lovin' Feeling: C’est un hommage à la femme qui m’a permis d’écrire et composer tout cet album. Sans elle je n’aurais jamais pu faire tout ça. Cette mélodie, ce refrain, ces paroles… j’ai tout écrit pour elle. C’est presque trop personnel pour en parler. J'ai donc convié Kid Francescoli et Julia pour m'aider à accoucher de cette ritournelle. Il se passe un truc entre nous, une sorte d’émulation, et surtout un réel plaisir à collaborer.
12/ Pantheon Neon: 'Olympic' n'est pas un disque politique, mais le fait d'être de nature assez optimiste me pousse toujours à vouloir partager, à aller vers les autres, à tirer le meilleur de ce qui nous entoure. Mes chansons sont un mélange entre mélancolie et euphorie. Elles aboutissent souvent à quelque chose de positif malgré un environnement parfois hostile. J'aime ces contradictions, ces mises en perspectives.


Nouveau single : Diamond Veins





Golden times








Hush Hush



Lovin' Feeling feat Kid Francescoli with Julia


Between The Buttons


FRENCH 79 presents his first electronic music album: both synthetic and organic, introspective and liberating.


Olympicis the name of the first solo effort by Simon Henner. Hailing from Marseilles, the man boasts an impressive resume: a talented album producer (Kid Francescoli, Martin Mey), singer, guitarist (Husbands, Nasser), a sought after remixer (Black Devil Disco Club, NZCA/Lines, Les Gordon, Field Music...) and composer for films and ads (check out the impressive digital experience '3 Mots Pour Paris').


From the cinematic opening track ‘Between The Buttons’ to the blissful and final climax of 'Pantheon Neon', French 79 produces a ‘tour de force’, managing to deliver an album that reaches the emotional heights rarely touched by today's electronic music.


With melody at the forefront, tracks range from dancefloor bombs to dreamy abstraction and modern "gospel" anthems, taking the listener on a vivid journey through an intense range of senses and emotions.


Back in the 90's while studying at the classical musicconservatory, Simon was introduced to Techno music through a friend's mixtape. Having been a Beastie Boys fan while in his teens he similarly found his foray into this new music, particularly Daft Punk's first album, an absolute revelation.


"After Nirvana and Wu tang, this was my last teenager's musical crush. The last album I listened to on repeat mode for months and months. Homework is one of these albums that throw a bridge between different musical genres. Beastie Boys showed me how to link Rock and hip-hop, Daft Punk did the same with Techno and Pop"


Simon soon started buying his first electronic gear, synths and drum machines but kept on practicing drums, guitar and piano. After a short span as a hip-hop producer, he was offered composition work for extreme sports videos which led him to expand his studio equipment (Moog, MS10, Juno...) and develop his production skills further.


"At that time I became obsessed with gear, spending lots of time reading user's manuals and digging in the crates looking for synths masters like Tangerine Dream, Soft Machine, Kraftwerk... I love the moods, the sounds and textures of their albums. It brings lots of images to my mind, lots of storytelling. So I start producing a bit in this way, with modern rythmicité patterns but also lots of melodies and chord progressions, that are directly linked to things i experienced."


During his spare time, Simon plays around with his synths and drum machines just for the sake of enjoying the creative process.

He doesn't know it yet, but he's gathering material for his most accomplished work to date.


These tracks are reflecting something entirely personal : i produced them following my sole instinct, without sharing thoughts about them with anyone. Oddly enough, the idea of an album came from my studio mates who insisted i shouldn't throw all that work away!


Surfin, skateboarding, paragliding... in France, California, Brazil, Bali, Tahiti... As far as I can remember my other passions have always been sports and trips. Everytime I go on a journey I come back with more images, more melodic ideas, rhythms, moods...that push me to compose and produce again: doubt, hesitation, fear, discovery, trial and error, surprise, relief, joy, ecstasy, contemplation, wonderment... Beyond all this, it's the feeling to be free and not owing anything to anyone that drives me to compose.




New video : Diamond Veins


Golden Times









Hush Hush



Lovin' Feeling feat Kid Francescoli with Julia


Between The Button


© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz
© (c) Cauboyz